J8 - Retour

Publié le par Emilie se balade

J8 - Retour : Matinée libre à Ouarzazate (repas libres), puis vol pour Paris.

 

La cuisine marocaine est connue pour être une des meilleures, peut être l'équivalent nord-africain de la cuisine française. Les spécialités sont nombreuses, du nord au sud, et l'usage des épices demande une main experte, pour que les goûts se fondent sans qu'aucun ne prenne le pas sur l'autre. Beaucoup de plats mélangent sucré et salé.

 

Le régime alimentaire est méditerranéen, beaucoup de légumes, des viandes, du poulet, du boeuf, aussi du bouc, et même parfois du hérisson. Le pigeon et le mouton sont des viandes de fête. Des salades, l'été, dont il est inutile de se priver, car tous les légumes sont soigneusement épluchés (même les tomates) et coupés en petits morceaux. Des fruits en dessert (les oranges du Maroc, parsemées d'un peu de cannelle, sont un délice) plus souvent que des pâtisseries. Des dattes, aussi, fraîches ou séchées et bien sûr des olives se grignotent toute la journée. Le petit-déjeuner marocain est copieux, avec des crêpes, du pain, du fromage, de l'huile d'olive, et, en plus de l'inévitable thé à la menthe, du café, souvent au lait.

 

La cuisson se fait à l'huile, les poissons frits et rarement grillés (on peut en trouver partout, les villes de l'intérieur sont souvent desservies, au moins une fois par semaine, et sur la côte c'est un plaisir d'aller manger au port), les viandes grillées, souvent après avoir été marinées la veille. Les tagines, de viande ou de poissons, sont cuits longtemps, les différents ingrédients rajoutés au fur et à mesure. Le concept de viande saignante n'existe pas, à la fois par hygiène et pour respecter le mode d'abattage "hallal" de l'Islam.

 

Le thé vert a été introduit au Maghreb vers 1830 seulement. Il s'est imposé partout, équivalent local de notre petit noir. Il se boit parfumé à la menthe, ou à l'absinthe (cheba) l'hiver, ou encore au romarin. Même nature il est délicieux. Il sera toujours servi très chaud, et très sucré.

 

Les épices et les herbes sont omniprésentes, cumin, curcuma, coriandre, gingembre, safran, piments divers, cardamome, cannelle, persil.... Si vous achetez vos épices au marché, vous pouvez demander qu'on vous fasse du ras-el-hanout (mélange du chef), tout en précisant pour quel plat.

 

Les plats à ne pas manquer. Tagines bien sûr, de poulet au citron confit, de boeuf, de poisson, couscous, et sfa (une semoule cuite avec des raisins, saupoudrée de cannelle et arrosée de lait), pastilla au pigeon (de la viande hachée mélangée à des oeufs, des amandes et des épices, enrobée de feuilles de brick), cornes de gazelles, briwat, msamem (une sorte de crêpe un peu épaisse), même les plats les plus simples de la cuisine marocaine sont des délices.
Vous pouvez aussi goûter le rayit, sorte de lait épaissi, mangé à la petite cuillère, parfumé aux fruits ou simplement au sucre.

 

A+ pour+

Publié dans Gastronomie

Commenter cet article