Pitaya - le fruit du dragon

Publié le par Emilie se balade

On trouve en Chine beaucoup de fruits que nous européens pouvons qualifier d'exotiques. Aujourd'hui le pitaya ou fruit du dragon.

Je ne connaissais pas et je ne savais donc pas quoi faire avec ce fruit. J'ai tenté l'option basique, le couper en deux. Il s'avère que c'est ce qu'il fallait faire.

La peau n'est pas dure et c'est donc facile à couper. Ensuite la chair se mange à la cuiller (il doit y avoir un autre moyen, il a fallu que j'en achète une...).

C'est frais, sucré, le goût n'est pas très prononcé, ça se laisse manger sans problème.

 

 

Description du fruit

La pitaya ou pitahaya est un gros fruit à l'épiderme rose vif, comestible, recouvert d'écailles, et peut atteindre environ 700g. Sa chair blanche est parsemée de très nombreuses petites graines noires. Ce fruit se consomme généralement frais. On le déguste généralement à la petite cuiller, après l'avoir coupé en deux. Pour les amateurs de ce fruit, la pitaya à chair blanche possède une saveur douce et fine. Pour ses détracteurs, son goût n'est pas très prononcé.

Généralités

Hylocereus undatus, la pitaya ou pitahaya, est un cactus épiphyte originaire d'une zone assez large d'Amérique Latine, comprenant notamment le sud du Mexique, le Guatemala, le Salvador et le Costa Rica.
J'ai pas su lire l'étiquette mais il semblerait que pour l'asie ces fruits soient cultivés en Thailande.

Culture

Ce cactus est une plante de zone tropicale sèche, avec une pluviométrie ne devant pas dépasser annuellement les 1300mm d'eau pour une croissance optimale de la pitaya.
La plante peut supporter de très brefs et légers froids, mais ne supportera pas de gel.

Floraison et pollinisation

Hylocereus undatus présente une floraison nocturne blanche à l'agréable parfum rappelant celui de la vanille. Cette plante est autostérile, il faudra donc effectuer une pollénisation croisée avec d'autres sujets.

Multiplication

La pitaya peut se multiplier par semis ou bouture de tige.
A+ pour+

Publié dans Gastronomie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article