Petit déjeuner berbère à la casbah de Khot

Publié le par Emilie se balade

Nous sommes accueillis dans la casbah du village pour un petit déjeuner berbère sur le toit de cet édifice d'où nous avons une vue imprenable sur la vallée et les maisons alentour.

Après être passés par la cour ou règne une odeur d'étable, nous montons un par un les étages par un escalier aux marches inégales. Au deuxième étage, le salon d'été. Grâce à l'épaisseur des murs, la fraîcheur reste emprisonnée en cas de forte chaleur. On commence à apprécier la vue par les moucharabiehs.

 

                                      

 

Le moucharabieh   est un dispositif de ventilation naturelle forcée fréquemment utilisé dans l'architecture traditionnelle des pays arabes. La réduction de la surface produite par le maillage du moucharabieh accélère le passage du vent. Celui-ci est mis en contact avec des surfaces humides, bassins ou plats remplis d'eau qui diffusent leur fraîcheur à l'intérieur de la maison.

Le moucharabieh est souvent présent dans les palais à côté des portes dérobées menant dans des antichambres. Issu de l'architecture islamique, il sert essentiellement à dérober les femmes aux regards. Constitué généralement de petits éléments en bois tourné assemblés selon un plan géométrique, souvent complexe, le moucharabieh forme un grillage serré dont sont garnis les fenêtres, loggias et balcons, appelés alors ainsi par synecdoque.

 

  

 

On arrive ensuite sur le toit ou l'on retrouve une lumière forte. Nous prenons le temps de regarder cette vallée qui s'offre à nous. Tout est construit en terre battue. Le toit est carré. Dans chaque angle une tour avec une petite ouverture ou il est possible de se glisser en baissant la tête. Sur un coté un puits de lumière qui servait aussi de passe plat.

 

                                            

 

Je suppose que ce premier repas de la journée (les berbères mangent tout le temps) se compose d'atay (vous avez suivi?) et de ce pain (dont je n'ai pas retenu le nom) que chacun déchiquette à son tour en petits morceaux pour les tremper dans l'huile d'olive.

C'est simple mais délicieux, d'ailleurs il n'en restera pas une miette.

 

                           

 

                   Pas de rapport mais au passage je vous montre un séchoir à linge typique       de cette région du Maroc. Les vêtements sont étalés en face du soleil sur tout support naturel se trouvant la. Le plus souvent les tas de branchages que les femmes rapportent. Au abords des villages on croise de nombreux tas bien séparés qui doivent appartenir à différentes familles. 

 

 

 

A+ pour+

Publié dans Gastronomie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article