Le Myth of Malham

Publié le par Emilie se balade

Recopiage de Wikipédia, ma foi très intéressant.

"John H. Illingworth est un architecte naval britannique, né en 1903 et mort en 1980. Également capitaine dans la Royal Navy (note: Officier Mécanicien, il a navigué plusieurs années sur des sous-marins), il est souvent considéré le père fondateur de la course océanique moderne.

En 1937, il fait dessiner par le fameux architecte britannique Laurent Giles le Maid of Malham, l'un des premiers voiliers avec gréement 'en tête' (c'est-à-dire que l'étai de la voile d'avant monte jusqu'en haut du mât), avec un large triangle avant, ce qui est devenu la norme pour la plupart des monocoques actuels. Ce bateau gagne sa première course et nombre des suivantes. Les idées et le style de Laurent Giles, à qui Illingworth était très lié, auront une influence importante sur toute la création ultérieure de John Illingworth comme architecte naval.

John Illingworth est ensuite capitaine à Hong-Kong et dans le Pacifique durant la Seconde Guerre mondiale. Une fois la paix revenue, il se trouve à Sydney, où il propose de créer une course océanique, ce qui se fait déjà aux États-Unis et en Europe : c'est la Sydney-Hobart qui part le 26 décembre 1945 ; Illingworth est alors skipper de Rami. La course a fêté en 2004 sa 60e édition et part traditionnellement le lendemain de Noël.

Une fois revenu en Angleterre, Illingworth est élu commodore du RORC, le Royal Ocean Racing Club, où il fera la promotion de la course au large, version moderne. Il s'intéresse en particulier aux gréements, domaine dans lequel il se révèle très tôt extrêmement novateur, et recommande par exemple les déplacements légers, les gréements allongés, la réduction des emménagements.

http://4.bp.blogspot.com/_oVZqV2SAiRY/SSjotLzFWzI/AAAAAAAAAn8/_bbr5KghvHU/s400/Myth+of+Malham.JPG

 

Le voilier Myth of Malham, qu'il fait dessiner par Laurent Giles selon ses spécifications, illustre ses idées novatrices et déclenche les polémiques lors de sa mise à l'eau : étrave quasi verticale, déplacement léger, arrière tronqué, franc-bord important, tonture inversée, tout est à l'opposé de la tendance classique. Olin Stephens le critique sévèrement. Pourtant, ce bateau remporte le Fastnet en 1947, et l'Admiral's Cup nouvellement créée en 1957.

John Illingworth ouvre un cabinet d'architecture navale dans les années 1950, en association avec Angus Primrose, et les commandes affluent, en particulier de France. Systématisant la démarche initiée avec Laurent Giles pour Myth of Malham, John Illingworth se spécialise alors dans la conception générale et le dessin du gréement des voiliers de course, exploitant dès les premiers stades de conception tous les avantages que l'on peut retirer des règles de jauge en optimisant les métriques principales du bateau (dimensions et points de mesure définis par les formules de jauge pour calculer le handicap, ou 'rating' d'un voilier de course), tandis qu'Angus Primrose est le talentueux dessinateur des carènes. Il seront très vite imités dans l'exploitation systématique des régles de jauge par toute une nouvelle génération d'architectes qui amplifieront largement le phénomène dès la fin des années 60, ce qui conduira à tous les excès de la jauge I.O.R (cf. la tristement célèbre épreuve du Fastnet 1979) et à la multiplication des voiliers de course ultra-légers et à très faible surface mouillée, mais aux piètres qualités marines par temps fort.

Il résultera de cette fructueuse collaboration entre Illingworth & Primrose toute une série de voiliers renommés, construits le plus souvent à l'unité, parfois aussi en petite série, et dont la caractéristique principale est d'allier esthétique et performances sans jamais sacrifier le caractère 'marin' de ces unités (tenue à la mer et qualité de manoeuvre par gros temps, plans de pont et emménagements remarquablement adaptés à la vie en course au large). N'émergeant pas forcément du lot aux allures portantes, et pour certains d'entre eux relativement instables à ces allures par vent fort, les créations d'Illingworth & Primrose se révèlent en revanche de très redoutables marcheurs au près dans la brise, conditions de prédilection où ils font toute la différence par leur raideur à la toile (aptitude à porter de la surface de voilure sans giter excessivement), leur capacité à serrer le vent (angle de remontée) et leur puissance dans la mer formée."

 

Et maintenant le Myth of Malham est aussi le nom d'une course du RORC en Angleterre que je suis allée courir ce week end, revenez dans la semaine pour avoir la suite :)

 

A+ pour+

Publié dans La Voile

Commenter cet article

Le blog du Maïca EIDER II 29/12/2010 15:54


Il existe un site sur une création d'Illingworth&Primrose : le Maïca (voir mon site www.maica.fr ) ou mon blog (Eider II).
Bons voyages !