Le Match Race c'est quoi?

Publié le par Emilie se balade

De la voile bien sur! Mais plus exactement?


Le match racing est une forme particulière de la régate. Il s’agit d’un affrontement sur l’eau à armes égales à un contre un.Il s'est inspiré initialement de la Coupe de l'America, avant de devenir une discipline à part entière.

La première épreuve n’opposant que 2 concurrents est organisée depuis la fin du 19ème siècle (1870 : Cambria / Volunteer) : c’est la Coupe de l’America.

Il faut attendre le début des années 70 pour voir naître le Match Racing avec la « Congressionnal Cup » aux Etats-Unis. Puis c’est en Angleterre, à Lymington d’en faire autant.

En 77, durant le Grand Pavois de La Rochelle, la « Coupe des Skippers » est organisée en France mais elle ne durera pas. De nombreuses épreuves naissent un peu partout, mais réservé à l’élite de la voile proche de la « Coupe ».

Après la « Cup 87 » en Australie. La discipline explose et le premier championnat de France est organisé et depuis, il existe sans discontinuer. Mais les réclamations continuent d’être jugées le soir comme pour une course en Flotte.

Il faut attendre le championnat du Monde de Match Race Sailing (c’est comme çà que c’est écrit sur le trophée) de 1989 à Lymington pour assister à l’arbitrage direct, tel qu’il existe à l’heure actuelle, à quelques améliorations près.


Afin d'assurer l'équité entre les concurrents, les bateaux sont identiques : ces monotypes sont généralement prêtés par les organisateurs. Les systèmes de réglage de mât, des voiles et l'âge des coques doivent être équivalents.


Une épreuve de match racing débute par un ou deux round robin, suivi d'un championnat avec éventuellement des repêchages. Dans un Round Robin, chacun des skippers rencontre un par un la totalité de ses adversaires. Il marque un point par victoire.

Celui qui a le plus de points a l'issue du Round Robin choisi alors son adversaire de demi-finale, et les deux autres s'affrontent. Les matchs se jouent alors en 2 ou 3 matchs gagnants jusqu'à la finale.


Un match se déroule classiquement en deux tours: une phase de pré-départ qui dure 4 minutes, avant le top départ, puis une remontée au près, face au vent, en tirant des bords, une descente vent arrière durant laquelle le spi est hissé, une deuxième remontée et une deuxième descente pour enfin passer la ligne d'arrivée.

Il y a un bateau Jaune et un bateau Bleu - fanions à frapper sur les pataras - qui doivent entrer chacun d'un côté de la ligne dans la zone pré-départ entre 4 et 2 minutes avant le coup de canon, pas avant ni après. L'entrée "tribord" a un avantage initial (le tableau des manches répartit cet avantage entre les deux bateaux).

Puis il y a les fameuses manoeuvres : le "dial-up" ou "dial-down", le "push and shove", le "circling" avant le départ : c'est la recherche du contrôle de l'autre et le gain du côté droit. Ce n'est pas la recherche de pénalités ... même si elles sont bonnes à infliger, d'autant qu'elles ne sont réparables qu'après le coup de canon.

Contrairement à la régate en flotte, le but du jeu n'est pas forcément de passer la ligne exactement au coup de canon mais de passer la ligne devant l'adversaire tout en le contrôlant. Le but du jeu n'est pas de faire le meilleur temps sur le parcours mais de passer si possible la bouée au vent en tête et surtout la ligne d'arrivée en tête.

Partir devant, rester devant et arriver devant, c'est simple, non ?


Les équipages sont généralement constitués de 3 à 6 personnes mais peuvent atteindre 18 personnes sur des épreuves spécifiques comme la coupe de l'America. Chaque équipier a un rôle particulier, qu'il s'agisse d'agir sur la vitesse, sur les manœuvres ou sur la tactique. Ainsi sur un équipage de 4 personnes, de l'équpier situé le plus à l'avant à celui situé le plus à l'arrière:

 -le N°1: cet équipier très mobile s'occupe principalement des manœuvres, il va envoyer et affaler les voiles d'avant (spinnaker et génois). Il a aussi un rôle important dans l'observation du plan d'eau. Lors des départ, c'est souvent lui qui annonce le timing et éventuellement la distance à la ligne.

-le régleur : c'est le moteur du bateau. Son rôle, très physique et central, est de s'occuper constamment de la vitesse du bateau en réglant les voiles. Il doit donc "écouter" le bateau en permanence et communique avec le barreur pour diriger la bateau.

-le GV / tactique :Cet équipier à un double rôle: en réglant la grande-voile il participe à la vitesse du bateau, mais son rôle principal est d'anticiper les variations de vent et l'adversaire pour prendre les décisions qui feront gagner son équipage. De plus il va "raconter" la régate a ses équipiers afin que ceux-ci puissent anticiper les manœuvres tout en restant concentrés sur leur postes.

-le barreur: Il tient la barre. Son rôle peut varier selon les phases de jeu. Lors du départ il prend les décisions à court terme pour placer le bateau là où l'a décidé le tacticien. Puis une fois le départ donné, il s'occupe principalement de la vitesse du bateau avec le régleur. Lors des phases rapprochées avec l'adversaire, il reprends un rôle de placement du bateau.


Dans une course de match race, des règles définissent les priorités entre les 2 adversaires. Ces règles sont pour la plupart les mêmes que pour les régates en flotte « Règles de Courses ». Étant donné la proximité des deux bateaux pendant la phase de départ et pendant toute la course, il est nécessaire de connaitre les règles et les schémas tactiques qu'elles créent. Lorsqu'un équipage estime que l'adversaire a commis une erreur, il le signale en brandissant un pavillon Y. Des arbitres accompagnent les coureurs et doivent estimer s'il y a effectivement eu une faute de commise. Dans le cas positif, le bateau fautif devras effectuer une pénalité, mais il peut choisir le moment opportun pour la réparer. Une pénalité consiste en un empannage lors des bords de près ou d'un virement de bord lors des bords portants.

Pour ceux qui voudraient en savoir plus c'est sur Wikipédia, sur le site de Thierry Poirey, sur Ceylou, à la FFV, sur le site du CVB, sur le site de Delphine Casas et bien sur je pourrais continuer la liste encore longtemps...

A+ pour+

Publié dans La Voile

Commenter cet article