La quincaillerie Lamoureux de Max et Maurice

Publié le par Emilie se balade

Parce que l’amour c’est du bricolage, la famille Lamoureux a décidé, il y a bien longtemps d’ouvrir une quincaillerie dédiée à l’amour.

Des générations de quincailliers se sont succédé derrière le comptoir maintenant connu dans le monde entier. L’arrière-arrière-arrière petit-fils Cyriaque, actuel héritier de la dynastie Lamoureux, poussé par des élans artistiques a décidé de mettre en scène la vieille boutique.

Ce sont donc aujourd’hui des magasiniers-danseurs, des caissiers-chanteurs, des coursiers-acrobates qui rythment la vie de l’illustre maison.

Quel que soit votre souhait, qu’il soit honnête ou malveillant, plein d’amour ou plein de haine, les étagères Lamoureux regorgent de tous les produits ustensiles et autres accessoires qui vous aideront à trouver ou retrouver l’amour.

 

http://www.maxetmaurice.com/IMG/jpg/quincaillerie-003.jpg

 

L’histoire de la compagnie commence avec deux jeunes artistes en herbe animés par la même volonté : celle de raconter des histoires drôles et poétiques, en connivence avec le public.

Dans les années 80, Antoine était équilibriste, Emmanuel était jongleur, tous deux musiciens. En 1987, Antoine et Emmanuel, alias Max et Maurice, créent leur propre compagnie et montent quelques spectacles en duo comme “Terminus” et “La Douloureuse Agonie du Moustique”.

Puis vient le besoin de s’agrandir. En 1997, ils quittent la ville de Caen pour s’installer dans une ancienne usine de réparation de wagons de chemin de fer située au Val de Maizet, près d’Evrecy (14)

Ce petit bourg de deux cent cinquante âmes constitue un véritable havre de paix où la compagnie peut à présent créer et répéter dans de meilleures conditions.

Les années suivantes, la participation à de nombreux festivals, favorisent les rencontres avec d’autres artistes. Emmanuel, qui s’occupe de la création et de la mise en scène décide de faire passer ses idées, ses envies, à plusieurs sur la piste. Le duo reste présent dans les spectacles, mais s’enrichit d’autres talents, “Cirque Mons” en 1997, “L’arche à songe” en 2002, et “Oups !” en 2005.

 

http://www.maxetmaurice.com/IMG/jpg/quincaillerie-006.jpg

 

Un subtile mélange de musiques entrainantes, de pitreries, de vélo, trapèze, corde, équilibre jonglage... du cirque comme on aime!

 

A+ pour+

Commenter cet article