Des dauphins, des orages et des surprises

Publié le par Emilie se balade

Ce week-end au programme la course de ralliement entre La Trinité et Benodet. Après la 'grand messe' Trinitaine de Paques, nous serons le week-end prochain à Benodet pour l'Obelix Trophy.

Étant donné que c'est le cas de beaucoup de bateaux, l'UNCL propose une course de ralliement entre les 2 ports.

Je pensais qu'il y aurait plus de bateaux au départ mais étions finalement 12 a couper la ligne devant le Crouesty ce samedi à 14h pour un parcours de 100miles

 

http://www.ycca.net/upload/evenement/11/medium/i3_1304259569.jpg

 

Après un départ sous spi à l'anglosaxonne, et la première bouée virée devant Arzon, c'est parti pour un bord de près de 18miles pour passer 'Basse Capella' vers le Croisic. Très vite les 3 'gros' IRC 1 (Jivaro, Lorelei et nous) s'échappent devant. Derrière les IRC2 et 3 bataillent entre eux.

 

Autant le début du bord est 'conventionnel' autant sur la fin c'est du grand n'importe quoi! Entre orage, averses de grêle, pétole, grains et nuages, les 3 bateaux sont à 100m les uns des autres mais avec des vent complètement différents.

Nous finirons même par envoyer le spi quelques longueurs avant la bouée, Lorelei en tête, nous ensuite et Jivaro dans notre tableau arrière.

 

 

 

 

  Nous avons choisi pour cette régate de courir avec un spi asymétrique contrairement à d'habitude.

 

 

Le soleil revient et on peut donc sécher le short, tripé à la suite du grain de grêle ou les plus gros glaçons atteignaient quand même la taille de petits pois (petits petits pois, d'accord mais quand même).

 

 

Peu habitués à cette voile (une partie de l'équipage ne l'a jamais utilisée, d'autres un peu en convoyage l'été dernier) nous avons du mal à trouver le bon compromis et nos deux concurrents prennent un peu d'avance à  l'arrivée sur Belle Île avant le coucher du soleil.

 

 

 

 

Nous croisons les Minis 650 de la Pornichet Select qui eux contournent Belle Île par bâbord. Joli spectacle et belles lumières même si l'orage gronde au loin.

 

Les dauphins eux n'en ont que faire et s'amusent sous nos yeux. J'adore!!!

 

 

 

 

  

 

La nuit tombe doucement, le ciel s'éclaire par de grosses bardées blanches au dessus de Belle Île. Le vent est toujours plutôt mou jusqu'au drame!

 

   

 

Arrivés à la pointe du talus (sud de Belle Ile) d'un seul coup la mer change d'aspect, une houle se lève et le vent passe en 10min de 10 à 30kn!! Nous n'avons rien vu venir. C'est malheureusement à ce moment la que le mousqueton d'écoute lâche, le spi claque 2 fois et s'ouvre en deux...

Nous l'affalons. Nous n'avons qu'un asymétrique, le vent tourne dans tous les sens, il faut rebondir. Plus personne ne sait trop quoi faire. Étant donné que nous devons longer l'île pour rejoindre le nord de Groix nous décidons d'envoyer le code 5. Une fois la période de confusion passée, le bateau se remet en ordre de marche, nous sommes repartis.

 

 

Il est 11h du soir (à peu près) et les gars ont une envie subite de Bolino. Je descend donc faire la 'cuisine' (très grand mot on est d'accord!).

 

Nos deux compères de devant se sont échappés et nous les perdons de vue. Pour notre part on se rend compte que nos feux de nav ne fonctionnent pas quand un Ministe à pris peur en nous voyant débouler sous son spi. Nous bidouillons donc un truc à base de flash light. Pas terrible mais mieux que rien.

 

Certains semblent avoir perdus la motivation mais nous sommes en route directe sur Edouard de Cougy puis nous abattons tranquillement pour laisser Speerbrecker (au nord de Groix) à babord. Le bateau étant à plat, il est possible pour certains d'aller se coucher.

Entre Groix et les Glénans, les dauphins nous refont le plaisir de venir jouer avec nos bordés. Entourés de leur gangue de plancton phosphorescent le spectacle est superbe. C'est la qu'on sait pourquoi on est la!!!!

 

Vers 2 ou 3h du mat à une quinzaine de miles de l'arrivée je prends la barre et la c'est que du bonheur! On est en route directe sur l'entrée du chenal de Benodet, les vagues plein cul, le vent aussi. Nous ne sommes plus que 3 sur le pont, Youn est au spi et pompe à chaque vague. Le vent est maintenant établi autour de 17-20kn. Nous arrivons à surfer et le bateau trace comme une balle. Notre but est simple, on veut passer les 11kn. Alors on s'éclate, on surfe, s'applique à chaque vague, les winchs grincent. Nous avons pas la pression on pense nos deux adversaires loin devant. Il ne fait pas froid, j'ai adoré ces 2 heures, on voit maintenant les étoiles. Et on a réussi à toper les 11,2kn (pour les 11,5 faudra repasser).

Nous n'avions pas du tout la voile adaptée pour le vent mais elle a très bien fait l'affaire finalement.

On passe la Voleuse, reloffe (accélère encore un peu 12,5kn) pour rejoindre l'arrivée. On passe la ligne vers 4h20 du matin.

On affale le spi, la GV et démarre le moteur. Le cap'taine se réveille: "vous vous êtes décidés à abandonner?" "ben non on est arrivés!".

 

On clean le bateau et on s'amarre au port. Et la grosse surprise: nos adversaires ne sont pas encore la! Il n'y a qu'Arcane qui a abandonné dès le début et est parti au moteur.

Quelques minutes après c'est Belon (A35) qui arrive au port! Jivaro n'arrivera qu'ensuite. Plusieurs IRC2 arrivent mais pas de Lorelei.

 

Du coup on en profite pour honorer la bouteille de Champ (merci Nolwenn). Premier en temps réel. En temps compensés les petits nous passent certainement mais c'est à confirmer.

On finit donc premiers en temps réel et 3ème en temps compensé (à confirmer). 

 

Merci à Jean-Marie, Merwen, Clément, Youn, Damien, Nolwenn et Thierry l'équipage du jour. Très belle nav. Enfin vous l'avez compris y'en a au moins une qui a pris son pied!

 

A+ pour+

 

Publié dans La Voile

Commenter cet article