Sur la route du souk

Publié le par Emilie se balade

Je me suis levée dans la nuit, vers 4h. La lune qui était pourtant dans son dernier quartier éclairait la plaine comme en plein jour. Les étoiles elles aussi paraient le ciel de leurs éclats. Et puis malgré le froid, je me suis assise par terre pour écouter le silence. Pas un bruit. Même en me concentrant je n'entendais rien. Ces moments sont rares, chez nous écouter le silence est compliqué. Même au milieu de nulle part on entendra toujours le bruit des feuilles, du vent dans l'herbe, d'un ruisseau, d'un oiseau... la bas, rien. Le silence. Pas un bruit. Jusqu'à ce qu'un faisceau de phare éclaire la nuit au loin et me fasse sortir de mes pensées, je suis restée comme ça, seule dans la nuit et dans le silence.

 

La matinée est fraîche, il reste quelques braises du feu dans la veille dans lequel nous rajoutons quelques racines pour se réchauffer les mains avant de partir.

 

C'est donc a regret que nous quittons ce plateau sous la grisaille du matin. On croise des locaux en vélo qui comme nous descendent au souk de Toundout, environ 15km en contre bas dans la vallée. Eux auront à remonter avec leurs achats, pas nous.

 

   

 

Premier stop vers cette maison en descendant la piste caillouteuse pour faire le plein des bidons d'eau, fraîche mais pas gelée.

Des touristes ils doivent bien en voir de temps en temps mais pas tous les matins. Les femmes s'éloignent, par pudeur? Les enfants restent et finissent par nous décocher un sourire. Les hommes ne sont pas la, partis dans la montagne garder les troupeaux ou au souk en ville.

 

 

 

On descend, descend encore, passe de la piste caillouteuse, à la route goudronnée et plus ça va plus nous croisons des gens. Retour à la civilisation.

 

  

 

Les gens attendent le taxi collectif pour aller au souk hebdomadaire. Et s'agrippent ou ils peuvent. Ce n'est pas comme dans les films mais des gens sur le toit, sur les pare-chocs, ce n'est pas un mythe.

 

Midi, nous voilà arrivés à destination.

 

A+ pour+

Publié dans Itinérances

Commenter cet article