Abbaye de l'Epau

Publié le par Emilie se balade

"L'Abbaye de la Piété-Dieu de l'Épau, fondée par la Reine Bérengère de Navarre en 1229, est l'une des toutes dernières fondations cisterciennes de France. Basée sur un dépouillement architectural favorisant la méditation et l'élévation de l'esprit, sa construction représente le parfait modèle de la recherche spirituelle."

 

... enfin bon ça c'est ce qu'ils disent. Toujours est-il que cette abaye se trouve juste à coté du Mans, et que nous sommes allées la visiter en octobre (oui oui je suis en retard dans mes posts).Textes issus de Wikipédia et photos de moi!

 

 

L'Abbaye de l'Epau est une ancienne abbaye cistercienne fondée par la reine Bérangère en 1229. Elle est située aux portes de la ville du Mans, sur la rive gauche de l'Huisne, jouxtant la commune d'Yvré-l'Évêque. L'abbaye a failli disparaitre à de nombreuses reprises, tant par les guerres et les générations qu'elle a traversées, que par les problèmes financiers survenus à l'époque moderne. Elle est définitivement sauvée par le conseil général de la Sarthe en 1958.

 

                      

 

On peut considérer l'abbaye de Perseigne élevée aux confins du Maine-Normand par le puissant Guillaume III de Bellême, comme la plus ancienne abbaye cistercienne du Maine. Elle fut bâtie en 1145, elle est aujourd'hui située sur la commune de Neufchâtel-en-Saosnois. Il n'en reste aujourd'hui qu'un pan de mur. Mais durant le deuxième millénaire, la ville du Mans voit s'élever plusieurs abbayes. C'est l'essor de la foi dans la ville: les abbayes Saint-Pierre et Saint-Paul, mais aussi l'abbaye Saint-Vincent et celle bien connue de La Couture. Le plus souvent, les abbayes étaient tout de même installées de manière privilégiées aux confins de la forêt. Bérengère de Navarre se retrouve en 1199. Son mari, Richard Coeur de Lion, né au Mans, est décédé de ses blessures d'un tir d'arbalète reçu au siège de Châlus en Haute-Vienne. La reine est écartée du pouvoir, usufruitière du comté du Maine elle vient s'installer dans la capitale plantagenêt en 1204.

 

                                                    

 

Selon la légende, elle se serait installée dans la fameuse maison de la reine Bérengère. Mais il n'en est rien car elle passera la totalité de son temps au palais des comtes du Maine. Il est communément rappelé que la reine trouva asile dans la ville, mais non le bonheur. Une partie des pouvoirs locaux, de mèche avec Aliénor d'Aquitaine ou Jean sans Terre, ne cessèrent de batailler contre elle afin de prendre possession de son douaire, légué par Philippe Auguste. Ce n'est qu'après 26 années d'exil dans la ville que la reine, à l'âge de 59 ans, décide de fonder une abbaye.

 

 

L'obligation régulière de Saint-Benoit veut que l'abbaye, si elle n'est pas installée au cœur d'une ville active, doive respecter l'ascétisme érémitique. La reine passe outre puisqu'elle choisit d'installer l'édifice entre forêt et ville, aux portes du Mans. La reine fit construire l'édifice pour son propre salut. L'histoire et la légende se sont rencontrées en laissant entendre que cette abbaye aurait été construite pour racheter l'existence dissolue de certains rois plantagenêts. Le 25 mars 1229, la reine ordonne la construction de Notre-Dame-de-l'Epau aux moines de Citeaux. Elle est par ailleurs une bienfaitrice avérée de cet ordre régulier. Le choix des moines y résidant n'a donc pas été fait au hasard. La reine est d'ailleurs une grande amie d'Adam de Perseigne, abbé du monastère du même nom et ancien confesseur de Richard Cœur de Lion. Le père de la reine, Sanche VI avait lui-même fondé en 1140 l'abbaye de la Oliva.

 

                                                       

Le lieu est d'abord choisi car très tranquille au bord d'une Huisne poissonneuse. Louis IX cède le terrain de l'Espal à la reine mais ce sont les petits frères hospitaliers de Coëffort qui mèneront la vie dure à Bérengère. Ces derniers demanderont compensation financière à la reine, prétendant que le terrain leur a été cédé par Arthur de Bretagne, neveu de Bérengère.

 

 

Le plan de l'abbaye est classique, la construction respecte l'unité de toutes les fondations cisterciennes. la période de construction s'étend de 1230 à 1365. Le début de la construction fut assez rapide. Quatre ans après le début des travaux, l'évêque du Mans Geoffroy de Laval effectue la dédicace du bâtiment monastique en le mettant sous le patronage à la fois de Notre-Dame et de saint Jean-Baptiste. Les bâtiments principaux ne furent achevés qu'en 1280.

 

                                                                                                 

 

A+ pour+

Publié dans Le Mans

Commenter cet article