Gènes - St Tropez - convoyage retour de la Giraglia

Publié le par Emilie se balade

Après quelques heures passées à quai, une bonne douche, la remise des prix, dégustation de produits locaux tels salade de pâtes, risotto, raviolis, focaccia (surtout celles aux oignons...) et je vous en passe on reprend la mer (sans montre Rolex malheureusement, l'année prochaine peut être!) samedi dans l'après midi.
Christophe et Julie nous ont quitté, ils rentrent en train, nous restons donc à 4 à bord.
A peine sortis du port (et donc à peine réveillée pour moi), nous croisons un bateau pub a écran digital, jamais vu avant...


Nous longeons l'immense digue avant de pouvoir sortir 'en mer'.


On a pas vu grand chose de Gènes, mais ça ne donne pas franchement envie d'aller y passer ses vacances. Pour aller du port à la ville pour aller faire deux trois courses, nous avons longé une rue entre deux murs crasseux et sous l'autoroute. Pas de trottoirs on manque de se faire écraser à tout moment, un peu glauque et coupe gorge... l'espèce de quai ou l'on a trouvé notre minimarket était un peu mieux mais vraiment pas de quoi casser quatre pattes à un canard (pas deux non plus d'ailleurs...).


C'est presque moins moche de sur l'eau...


Au loin un nuage de pluie arrive. A terre les orages commencent à gronder, on aura pas de pluie mais les éclairs illuminerons le ciel une bonne partie de la nuit.


L'orage a tourné autour de nous. Pas facile de faire des photos surtout quand ça bouge... Étant donné que j'ai dormi une bonne partie de l'après midi et de la soirée je prends le premier quart à minuit, on veille seuls. Le vent est plutôt instable en force et oscille de quelques dizaines de degré en direction.
Le pilote auto fonctionne, j'ai donc juste à régler le génois puisque nous avons fait tomber la GV presque en partant de Gènes. Je suis obligée d'empanner 4 fois à cause du vent qui tourne mais après une heure, il se stabilise en direction et monte en force. L'anémo monte gentiment de 8 à 37kn!


A 2h, je passe le relais mais à l'intérieur c'est visiblement difficile de dormir. Et plus ça va plus la houle se lève, on est dans le tambour de la machine à laver! Le vent continue de monter, 41kn (~75km/h).
Une heure plus tard, je me relève, on arrise (réduit la taille) le génois, qui à lui seul dans ce vent nous permet d'avancer à presque 10kn!
Ensuite tellement fatiguée, j'arriverais à dormir jusqu'à 8h le lendemain matin.
Et je me réveille un peu avant St Raphael.



L'orage et la 'tempête' de la veille sont passés, le soleil brille de nouveau.


On se doute que l'on se rapproche de la destination à cause des 'petits' yachts que l'on croise. Promis celui est petit... regardez la suite!


Et oui un hélico sur la plage arrière, ça n'a jamais fait de mal à personne... façon de parler bien sur!


Carte postale de St Tropez malgré ça, le centre et ces petites rues piétonnes sont super sympa (voir dans les prochains articles).


C'est gros mais c'est laid... ils ne peuvent pas tout avoir pour eux...


Entre le mercredi et le dimanche matin, le port a complètement changé de figure. Fini les bateaux à voile, les moteurs sont revenus et ça change carrément la donne, je préférais avant.



On est revenus à la case départ. Grosse toilette pour Jobic et petite bavette d'aloyau dans une brasserie... ça sent la fin!
A+ pour+

Publié dans La Voile

Commenter cet article