St Tropez - La Fourmigue - Giraglia - Gènes

Publié le par Emilie se balade

ou 4ème manche de la Giraglia Rolex Cup. 243 miles nautiques (soit environ 450km) au programme. Mercredi matin les quelques 200 bateaux sortent du port, ça bouchonne, on s'extirpe...


Sur la ligne encore ça bouchonne, le départ est prévu à midi, le vent fait des siennes on devra attendre un peu. D'un commun accord, nous avions décidé de partir à droite juste après le départ. On se fait coincer par deux bateaux en dessous de nous qui n'ont visiblement pas envie de virer, on se retrouve à fond de gauche... finalement on y a pas perdu beaucoup.


On laisse le Rabiou puis la Moutte à tribord et le spi peut sortir jusqu'à la Fourmigue (île du Levant). Un gros paquet de spis devant...


... l'hélico de Flypictures fait quelques clichés que malheureusement vous ne pourrez pas voir sans vous inscrire sur leur site ici.


... mais aussi un gros paquet de spis derrière


On passe la fourmigue, il y a une quarantaine de bateaux derrière nous. On tombe le spi avant de partir au largue serré. Au vu des fichiers Grib (météo) on décide de prendre la route directe, 10° au dessus de notre point d'atterrissage cap au 90.
 

On a déjà croisé depuis longtemps les premiers bateaux qui remontaient et on termine de croiser les derniers qui vont passer la Fourmigue. Ici Freya, une très belle goélette en bois qui terminera 3ème en temps compensé.


Le soleil se couche, on fait la cuisine, ce soir pâtes à la bolognaise. Petit à petit les quarts de nuit s'organisent. 3 par 3, 2 heures.
Une légère brise de 8-10 kn nous tire vers la cap corse une bonne partie de la nuit.


Mais au petit matin, la pétole s'installe. On envoie quand même le spi un peu.


On croise de nombreux poissons lune qui secouent leurs ailerons comme pour saluer notre passage.


Et puis plus la journée avance plus la pétole progresse. On voit à moins de 500m de nous, d'autres bateaux progresser dans une étroite bande de vent. Et nous coincés là, les regardons passer, impuissant.
Dur pour les nerfs, ces 12heures de pétole.


L'eau turquoise donne une folle envie de plonger, surtout avec la chaleur étouffante du début d'après midi.


On crée de l'ombre ou l'on peut comme on peut.


Et puis en milieu d'après midi, gros regain de motivation, on doit se sortir de la coûte que coûte. Notre génois lourd ne nous aidera pas. On ressort le spi, teste 12 façons de le gréer dans ce vent faible (il faut au moins 3 kn au bateau pour commencer à bouger), semble trouver un compromis correct, on repart doucement mais sûrement.
Pâtes à la carbonara, le soleil se couche, le vent semble vouloir s'établir un peu de nouveau on reprends les quarts pour la nuit.
Durant le nôtre, on restera encore coincés dans une bulle pendant 1 heure et les bateaux qui étaient avec nous s'envolent devant juste parce que nous nous sommes écartés d'une centaine de mètres d'eux, rageant.


Au petit matin du deuxième jour, soit environ 40h de course, on aperçoit enfin le cap corse et le caillou de la Giraglia planté la devant nous.


Et même après ces 40heures de course et le yoyo de la pétole on est encore au contact avec une cinquantaine de bateaux comme si on courrait sur une banane et que le départ avait été donné il y a une heure, hallucinant!


Et voila comment la Giraglia Rolex cup prend tout son sens!



On met le tangon dans l'étais et les 90 derniers miles se feront trace direct, c'est la qu'on a gagné énorme. Beaucoup de bateaux se sont éloignés de la route directe, fallait pas!


Le soleil se couche pour la troisième fois, on gardera le spi jusqu'à l'arrivée à Gènes dans 16kn de vent.



On passe la ligne d'arrivée à 23h50 vendredi soir après 58h30 de course. On terminera finalement 5ème (sur 27) de la classe IRC B, ce qui est très honorable pour nous et 3ème si on ne compte que les bateaux qui avaient déjà couru les premières manches en rade.


Au général overall (IRC A et IRC B), on se classe 60 sur 128 bateaux, notre objectif de moitié de tableau est donc plus que respecté.
Bien joué Jobic.

A+ pour+

Publié dans La Voile

Commenter cet article