Milford Sounds en kayak, Southland, NZ

Publié le par Emilie se balade

Mardi, réveil qui sonne à 6h, pour départ à 6h30. Le guide fait le tour des camping /motel /backpack pour récupérer ses ouailles ce qui est plutôt pratique. 120km pour se rendre à Milford avec quelques arrêts sur la route dont le Mirror Lake.
 
Le temps est complètement dégagé, ce qui est au final assez rare, il pleut dans le Fiordland jusqu’à 14m par an ! La route est magnifique, on passe tout d’abord dans une plaine, puis on se glisse entre les montagnes jusqu’au Homer Tunnel, assez effrayant entre parenthèses. Ensuite une longue descente s’amorce pour se retrouver après une vingtaine de kilomètres, au niveau de la mer.

On est en comité restreint, 2 autrichiens : Thomas et Félix, 2 australiens : Drew et Mike, le guide : Adrian, et moi. Une fois habillés, ça va vite il fait chaud, on monte vers 9h dans les kayaks. Ceux qui ont déjà cherché sur le net, des images de Milford, ont forcement trouvé une photo du Mitre Peak.

 
Il est imposant avec ses 1693m d’altitude (plus 200m sous le niveau de la mer). La journée est superbe, le groupe hyper sympa et puisque je suis avec le guide, j’apprends plein de trucs sur la région. On approche de très près (ils longent nos kayaks) une colonie de phoques à fourrure. On avance aussi relativement rapidement ce qui nous permet d’aller jusqu’à une grosse cascade que seulement 2 ou 3 groupes de kayakistes guidés à la journée atteignent par an.



La force de l’eau qui se déverse est impressionnante. Je ne m’en étais jamais rendue compte avant. On va presque tout en dessous, douche garantie. C’est aussi ce moment que choisissent 3 dauphins pour nous montrer leurs ailerons, malheureusement nous n’en verrons pas plus. On rejoint ensuite une petite plage abritée sous la montagne pour le lunch.

Dans cet environnement on se sent vraiment tout petits, les montagnes au dessus de nos têtes sont impressionnantes. Encore quelque chose qu’il faut vivre pour comprendre. En route, Adrian me fait aussi remarquer des petits points sur l’eau, en s’approchant on voit les fameux ‘Fiordland Crested Pinguins’ … génial !


Sur le chemin du retour le vent s’est levé dans la mauvaise direction, pas possible de rentrer à la voile… on a le vent de face, il faut pagayer un peu plus fort, bon entrainement pour le lendemain. Vers 2h de l’après midi, nous sommes de retour au ‘launching point’, on range le matériel et il faut refaire la route à l’envers. On s’arrête à de nouveaux points de vue, mais pas assez à mon gout, je voudrais tant y revenir !

Nuit au même camping que la veille. Journée magique et inoubliable, comme celles qui suivront !

Le seul ‘bémol’ c’est que l’endroit est hyper-touristiqué, des dizaines de bus déversent chaque jour leur flot de centaines de touristes, ce qui fait que l’on ne s’y sent pas seuls, ce qui aurait été un must. La route a été construite après la deuxième guerre mondiale quand plein d’hommes sont revenus d’Europe avec rien à faire. Le gouvernement à décidé de les payer pour construire des routes. Prévue pour 12mois, la construction de celle-ci en aura demandé 24. Au départ elle servait essentiellement aux pêcheurs. Le homard et le thon y sont encore traqués aujourd’hui.
 

A+ pour +

Commenter cet article

viou 16/02/2009 09:55

je veux revieeeeeeendre !!! T-T