Spi ouest France 2008 : ‘J80’ ‘J’y cours’

Publié le par Emilie se balade

 

Lorsque je naviguais dans le Solent en Angleterre, mes équipages n’arrêtaient  pas de me raconter leurs histoires de ‘Spi Ouest’ et de ‘Tourduf’, et paraissaient tout étonnés de voire une ‘Bretonne*’ n’ayant jamais participé à ces régates !! (*C’est plus facile à expliquer que je navigue en disant que je viens de Lorient que d’Auxerre… c’est déjà dur de faire comprendre à un breton ou se trouve Auxerre alors à un Anglais !!*) A l’époque, je n’avais fait ni l’un ni l’autre…la honte ! Heureusement depuis j’ai réussi à me rattraper : après avoir gagné le Tourdufcet été sur Jackals (J92), (voir résumé dans les archives d’août), j’ai embarqué pour le Spi Ouest sur un J80, son petit frère.

Après quelques coups de téléphone passés, j’ai appris que le CNL(centre nautique de Lorient) cherchais des équipierspour le second bateau du club. C’est donc pour cela que j’ai embarqué avec Steven, Philippe, Yves Marie et Viktor pour la Navycup début mars sur ‘J’y cours’. Pour le Spi Chloé remplacera Viktor à l’avant.

« Jet Stream » l’autre J80du CNL est également engagé sous le nom de ‘Atout Nautisme’. A son bord, Félix, Simon, FX, Arthur et Maxime.

 Jeudi, première épreuve : la pesée. Poids maximum autorisé : 338.5 kg. Une semaine avant nous étions encore, tous les 5 réunis à 343kg. Ce qui fait un kilo chacun, ce n’est pas si énorme mais plus facile à dire qu’à fairequand même. Arrivés le uns après les autres à La Trinité, chacun passe sur la balance quand il peut. Partie après le boulot à 18h de Brest, j’arrive la dernière… je ne dois pas dépasser les 66,2 kg, ça devrait le faire ! Finalement en enlevant simplement chaussures et manteau, je pèse 65,4 ! Ca c’est fait, pas la peine d’aller courir en grosse veste pour perdre quelques grammes… Soulagement général !

Pour se rattraper des ‘privations’ de la semaine, le soir, ce sera grosse tartiflette ! De toute façon, ils annoncent du vent pour ce week-end, il va falloir être lourds (on trouve les excuses qu’on peut)!

 Vendredi : Ça cartouche dehors et les pécheurs bloquent le port, du coup, on reste à terre toute la journée à glandouiller.

Voici quand même quelques photos de ‘Carnac Plage’ ou nous logions. Pas très vivante cette plage un vendredi après midi…

 

Samedi : briefing à 9h30 : on y apprend que les pêcheurs vont négocier avec le gouvernement. Soit ils trouvent une issue, soit le spi est définitivement annulé… ça cartouche toujours dehors mais tout le monde espère franchement la première solution… on est la pour naviguer quand même !

Finalement à 12h30, l’affaire est réglée, les bateaux sortiront de la rivière de La Trinité en même temps que ‘nos invités les pêcheurs’ (c’est ce qu’ils ont dit !). Ça leur fait un coup médiatique et nous pouvons naviguer, tout le monde est content. Il faudra quand même attendre (sous les grains et les orages de grêle) 15h, que la marée remonte pour que les bateaux de pêche puissent quitter leur quai. Ils nous saluent avec leurs fumigènes : le spi c’est parti !

Dans les J80, il faut quand même avouer que personne n’était pressé de partir du ponton en premier. Un bateau de la marine, tente une sortie à la voile et se retrouve dans le cul des bateaux en face, après la seconde manoeuvre, il part sous les applaudissements nourris des autres concurrents. Les suivants optent quand même pour l’option ‘moteur’… c’est ce que l’on tentera de faire mais sans succès. Le moteur n’a pas voulu démarrer, dans une mole nous hissons la GV et ça l’a fait !

A peine sortis de la rivière, on croise déjà beaucoup de bateaux qui rentrent : qui la GV déchirée, qui le solent troué… Petit bord de près pour s’assurer que nous arrivons à tenir le bateau avant d’aller voir plus loin ce qui se passe… On est venus pour naviguer, on y va !

Le comité annonce 25kn établisà la VHF. Notre rond (le B), se trouve en face Port Haliguen (extrémité de la presqu’île de Quiberon). Le vent étant bien orienté, nous décidons de tenter un envoi de spi, le petit (55m²) pour faire un test et voir ce que ça donne. Mieux vaut tester maintenant que pendant la manche, d’autant plus que seul notre grand spi (65m²) est jaugé.

Après un envoi raté, le second est concluant. Tout le monde se recule, le bateau surf, le speedo atteint les 22kn (35km/h, presque la moitié du record absolu de vitesse absolu à la voile : pas mal pour des amateurs !) ! Ça éclabousse de partout ! Peu de bateaux ayant sorti leur bulle, les Zodiac des photographes ont tôt fait d’arriver vers nous, ils se doutent bien qu’il va se passer quelque chose ! Et pour cause. Il va falloir empanner, la décision est prise. Mais pendant le surf, le bateau enfourne, les photos de Laurent Vidal parlent d’elles même.

 

         

 Steven, Philippe et moi, nous retrouvons pendus chacun à notre chandelier, Chloé et Yves Marie la tête sous l’eau. Pour la figure de style médiatique, c’est réussi, pour l’empannage, on range le spi (qui s’est gentiment posé sur l’eau et a choisi de ne pas chaluter… merci lui !) et ça repart. Les Open 7.50 qui courent aussi sur notre rond, ne sont pas sortis. Lorsque nous arrivons, la procédure est lancée pour les Mumm 30 et les J105. Absorbés par notre ‘survie’, et le ‘pseudo’ rangement du bateau, notre départ arrive très vite. Nous partons plutôt comité, alors que la ligne était franchement bâbord, objectif premier, finir la manche !

 Dans le premier tiers du bord, un bateau du Havre arrive bâbord et nous fait un beau refus de tribord, pas très fair-play car même si il n’y a pas eu de dégâts, il ne répare pas sa faute…Avec le bruit des voile, on entend rien, je me retourne toutes les 2 minutes pendant le reste du bord pour m’assurer qu’aucun autre bateau ne croise notre route…

Arrivés à la première bouée au vent, on s’aperçoit que sur les 78 bateaux qui étaient censés être au départ, il en manque déjà un paquet. Il reste une vingtaine derrière nous. Après le vrac de tout à l’heure, nous avons choisi de ne pas sortir le spi pour cette manche. Nous avions même dégréé les écoutes pour éviter des sacs de nœuds inutiles, nous partons donc sur le bord de vent arrière sous solent, mais je vous rassure, nous n’étions pas les seuls… Pour preuve cette autre superbe photo de JacquesVapillon (nous sommes le 996 au premier plan)


Certains ont quand même choisi de sortir leur spi mais tous n’y ont pas gagné, loin de là, concours de vracs! Le vent est glacial, tout le monde est gelé, ça tape dans les vagues, on se prend de l’eau plein la figure, mais qu’est ce que c’est bon !!!! La manche est raccourcie au second passage au vent, ce sera la seule de la journée… j’ai les pieds blancs ! Nous terminons 34ème, Jet Stream est 14 places devant. Sur les 78 bateaux inscrits seuls une cinquantaine ont fini la manche.

Pour rentrer, on affale la grand voile, ce qui ne change pas grand-chose, à choisir elle est mieux roulée au fond du bateau qu’à faseiller. Cache col, grosse veste, bonnet, capuche, le retour au près est long, très long, et frisquet.

On range le bateau aussi vite que possible, sans sentir ses doigts, et ses pieds, c’est pas facile… je trempe d’ailleurs mes pieds 15min dans l’eau à 5° du port, en la trouvant chaude, mais mes pieds ne passeront au violet qu’une fois sous la douche, et ne retrouveront leur couleur d’origine  que bien plus tard encore … Bonne journée quand même !

Photos prises du bord, forcément comme ça, ça parait moins impressionnant
... 

Dimanche : Le matin, le vent est plus faible, 15kn tout de même. 2 manches seront courues mais rien d’exceptionnel alors je passe les détails. Ce dont je me souviens, c’est du départ de la troisième manche (qui sera finalement annulée et lancée le lendemain). Le comité lance la procédure, et nous choisissons de partir milieu de ligne. 80 bateaux sur la ligne, ça rappelle les bons souvenirs des départs de nationaux en Europe, il y a du peuple, et très peu de trous… Ca faisait longtemps que je n’avais pas couru en monotype (tout le monde a le même bateau et l’ordre d’arrivée est le classement final), c’est quand même plus intéressant que certaines régates en IRC (chaque bateau a un coefficient propre qui lui attribué, c’est avec cela que son temps ‘compensé’ de course est calculé… du coup personne ne connaît vraiment sa place avant d’avoir vu le panneau d’affichage et parfois, les coefficients ne sont pas très révélateursdes performances du bateau). La au moins, ce problème est réglé, et les speed tests sont intéressants. Mais je m’égare, revenons à notre départ. Dans la minute qui précède le départ, un autre bateau du Havre, monte sur notre tableau arrière, le balcon est tordu et à moitié arraché et le gel-coat a morflé… Cette fois ci l’histoire passera devant le jury. Au final c’est un autre bateau qui a apparemment gêné le havrais en l’empêchant de lofer qui aura tous les tords… perso à part deux bateaux collés qui arrivaient pleine balle dans notre tableau arrière, j’ai pas vu grand-chose. Nous réussissons à virer et à nous faire un trou, nous partons plutôt bien, mais : rappel général. Deuxième départ sous règle noire (tout bateau qui passe la ligne dans la minute qui précède le départ est disqualifié). Deuxième rappel général… On a peur, d’être trop haut, on attend le verdict l’oreille collée sur la VHF, en attendant le vent monte encore. Plusieurs numéros puis le 995, ouf on a eu chaud (n° de voile de J’y Cours 996). Procédure pour le troisième départ, nouveau rappel général, BFD, nous ne ferons pas la manche. Le comité qui commence à s’énerver, décide de nous faire patienter (punition pour les rappels généraux à répétition) et de lancer les J105 et Mumm 30. On voit les grains qui arrivent, et étant disqualifiés nous rentrons au port direct, je prends la barre, pointe à 16kn, sous solent et GV, ça surfe !!! La manche sera finalement annulée pour le dimanche soir, nous ne courrons donc pas la première du lundi matin.

Lundi : ce qui nous permet de partir une heure plus tardsur l’eau que tout le monde. Sans être surs que le comité en lance une seconde… Finalement si ! ouf ! Il y a encore entre 12 et 18kn de vent et pas mal de clapot, mais nous avons globalement une bonne vitesse sur toute la manche même si notre cap est un peu moins bon. 37ème à l’arrivée pendant que « Jet Stream » signe une belle 7ème place.

Le bateau étant abîmé, il ne sera pas convoyépar la mer jusqu’à Lorient mais par la route. Nous récupérons 3 équipiers de « Jet Stream » qui met cap à l’ouest directement après la manche.

Arrivés au port, nous rangeons le bateau, démâtons, j’avais jamais fait pour un J80 mais c’est pas si compliqué que ça, la manœuvre se fait bien en attachant le mât sous le premier étage de barres de flèches aux drisses de spi des voisins. Une fois sorti, le mât se couche tout seul ! Y’a plus qu’à l’attacher.

Pendant que nous allons ranger l’appart, les autres attendent pour le grutage, et à notre retour, le bateau est sur sa remorque… retour tranquilleà Brest.

 Le Spi ouest France n’a donc pas failli à sa réputation : naviguer par tous les temps ! Les anglais n’avaient pas menti… Classement général : « Jet Stream » 20ème, « J’y cours » 55ème. 

 Merci à l’équipage de « J’y Cours » de m’avoir accueillie à bord, au CNL et a ses partenaires (All Purpose, NKE, Atout Nautisme, Uship et AOS) et bonne chance aux équipages de « J’y Cours » et « Jet Stream » pour le reste de la saison, puisque pour ma part, je m’en vais naviguer sous d’autres latitudes …

 Pour suivre les bateaux : www.j80.fr.tc

 A+ pour +

 

 

Publié dans La Voile

Commenter cet article

EricT 31/03/2008 20:15

Dans le jardin :(
Trop de boulot et trop fatigué pour des déplacements en ce moment. Prochain objectif: le Bol d'Or sur le Léman; Damien est partant, reste à trouver 2 autres équipiers.
Thibault lui va faire la course de l'EDHEC dans 2 semaines.

Emilie 31/03/2008 11:41

Eric -> ton Speed Feet il navigue ou en ce moment? Faut faire le spi, c'est une belle régate.

EricT 30/03/2008 17:48

J'avais d'abord vu les photos sur le site de Laurent Vidal et il me semblait bien t'avoir reconnue dans cette figure de style....
Les photos + ton résumé = nettement mieux que les quelques secondes transmises à la télé.
Bravo.

simon 29/03/2008 17:55

beau résumé Émilie à bientôt sur les plans d'eau