La tempête Bretonne

Publié le par Emilie se balade

Pour ceux qui ont un minimum écouté ou regardé les infos ce week-end, vous avez tous entendu parler de la première tempête de l’hiver, des cargos qui perdent leurs conteneurs  dans le rail d’Ouessant ou de ceux qui se font remorqués en rade de Brest par l’Abeille Bourbon. Vous avez aussi entendu que les vents atteignaient sur les cotes les 150km/h.

Donc bien sur, on n’a pas pu s’empêcher de faire quoi ? Et bien d’aller justement sur la cote pour voir à quoi ça ressemblait. Vous avez aussi à la radio qu’il y avait des gens inconscients qui allaient voir ce qu’on a vu. Et ben j’ai l’impression d’avoir vu quelques gens inconscients (genre aller voir le bord des falaises ou le vent te pousse…), nous on a préféré le coté ouest des falaises (marcher contre le vent pour y aller).

 

Samedi, nous sommes allées vers Portsall et nous avons suivi la cote en descendant vers le sud. (nord ouest de Brest). La cote a cet endroit est sauvage, et magnifique. Mais quand même j’ai été un peu déçue par la tempête. Je m’attendait à des vagues monstrueuses, mais en fait… c’est sur qu’il y avait du vent (mais on pouvait presque marcher correctement), ça sifflait un peu dans les oreilles quand même !!

Les vagues se brisaient sur les rochers (je suis dégoûtée, sur les photos on voit pas grand chose), la mer était agitée et la plus grosse vague qu’on a pu voir a atteint le milieu du phare du Four (qui est quand même qq km au large)… un peu comme sur les photos de Plisson !

Le samedi, je ne suis pas sure que le vent a dépassé les 100km ou alors dans les rafales les plus fortes.

Pour se remettre de nos quelques émotions, nous sommes allées manger du poisson sur le port de commerce de Brest. Resto un peu chicos mais bien sympa et surtout on a bien mangé. Huitres pour moi et salade de harengs pour Noelie, puis filets de … rouge pour toutes les deux, suivi d’un petit dessert ça passe tout seul.

 

Dimanche, la décision fût prise d’aller direction la presque île de Crozon,  vous savez le machin en forme de croix à l’extrémité de la Bretagne. Après une petite heure de route, nous arrivons à la Pointe des Espagnols… d’où on peut avoir une magnifique vue (enfin on suppose quand le temps est dégagé) sur Brest à droite et sur le goulet à gauche.

A midi, personne d’autre que nous (et quelques chasseurs) à se promener par la. Le dimanche le vent était annoncé plus fort… Enfin des trucs impressionnants à voir ? Sur le parking, la voiture se faisait un peu secouer, on est venues pour voir, alors quand même on va sortir de la voiture, la pointe étant à environ 500m du parking.

Le goulet était blanc d’écume… des vagues qui se brisent sur la falaise en contre bas. On ne restera pas très longtemps ici. On continue direction de la pointe des capucins. En arrivant on surplombe le goulet, on aperçoit au loin, les embruns qui dépassent de la falaise. Même si il ne pleut pas à ce moment là, il faut garder les essuie-glaces tout le temps à cause de ces mêmes embruns… On peut voir sur les vagues, les petites traces blanches, que l’on voit aussi sur les vidéos tournées à bord des bateaux dans les tempêtes. Nous poursuivons vers Camaret (un peu mort en ce dimanche) et vers la pointe du Toulinguet. En haut de cette pointe, un sémaphore, en temps normal il est possible d’en faire un tour par le GR. Aujourd’hui nous nous sommes contentées d’observer l’anse de Pen-Hat et la plage en contre bas, la pointe de Pen-Hir au loin. En contre bas sur la plage, la mer est blanche d’écume…

Nous décidons donc d’y redescendre. A ce moment la, un brin de soleil sort de l’épaisseur couche de nuages mais l’écume et le sable volent à chaque rafale. Après un petit quart d’heure passé sur la plage nous poursuivons vers Pen-Hir. La végétation sur la pointe est très rase et rien ne l’abrite. Plus proche du parking, un mémorial ou nous nous rendons, plus loin, a 1km environ, une table d’orientation, personne ne s’y aventure… nous ne serons pas les premières. Nous sortons de la voiture, coté sous le vent. A peine désabritées, nous ne pouvons pas marcher autrement que courbées (bien sur, nous avançons face au vent et du coté de la falaise ou le vent nous pousse comme certains…). Plusieurs personnes sont déjà abritées sous le vent du bloc de granit qui sert de stèle commémorative. On aperçoit la mer qui se déchaîne sur les Tas de Pois (4 rochers alignés en face de la pointe). Pour retourner à la voiture il suffit de faire des petits sauts de cabris, on y arrive très vite ! Nous repartons vers l’Anse de Dinan ou nous décidons de casser la croûte (crevettes et poivrons) mais dans la voiture comme la veille.

Nous passons par Crozon pour rejoindre le sémaphore du Cap de la Chèvre, qui avec la Pointe du Van ferme en quelque sorte la baie de Douarnenez ou de nombreux cargos et pêcheurs se sont abrités. La encore il faut marcher avant d’atteindre la falaise, et le mémorial (bah oui encore un, il y en a à peu près un à toutes les pointes… c’est parce qu’il y a eu beaucoup de morts…)

On a l’impression que le vent est moins fort par ici, impression seulement car certaines rafales réussissent à nous faire perdre l’équilibre au point de tomber, certains gamins ont quasi décollés et se sont fait une grosse frayeur à voir à quel point ils criaient fort… On marche tout de même un peu sur le sentier côtier… ça nous paraissait déjà pas mal, mais on a sans doute pas fait beaucoup plus de 500m ! Etant donné que la nuit va bientôt tomber, nous nous dirigeons vers une dernière plage avant de repartir. La plage de la Palue, est, d’après le ‘Guide Vert’, interdite à la baignade toute l’année durant à cause des lames qui s’y brisent… Effectivement, il y a des vagues dignes des surfeurs hawaïens… Les otaries Bretonnes, elles, se sont regroupées sur la plage e Morgat ou les vagues peinent à dépasser un mètre… La mer à la Palue, est encore une fois, blanche sur plusieurs centaines de mètres…

Nous rentrons ensuite tranquillement à Brest… selon ‘Radio Breizh Izel’ la route était encombrée comme un dimanche de plein mois d’août.

 

Super week-end. Enfin une tempête pendant que je suis en Bretagne, d’habitude je suis toujours en vadrouille ces jours la… Contente !

 

A+ pour+

 

Publié dans A Brest

Commenter cet article

nono 13/12/2007 00:19

beau résumé :p
pour une continentale qui connait quasi pas la mer et qui découvre la bretagne, j'en garde de super premières impressions!!! ça vaut presque un orage de fin d'aprem en montagne!! (quand on est à l'abri of course)
je reviendrai c'est promis... et puis bon ya les crepes et le poisson, ça aide, mdr ;-)