Que voir à Brest?

Publié le par Emilie se balade

Photos et infos piquées sur le net :

Brest est une ville française de Bretagne, chef-lieu d’un arrondissement du département du Finistère (29). Son nom en français provient du nom breton qui serait une forme abrégée de Beg ar Rest (la pointe du château). Ses habitants sont appelés les « Brestois et Brestoises » (en breton Brestad ha Brestadez). En breton, Brest se prononce [bʁest]

Un dicton populaire affirme que l’on ne passe jamais par Brest, il faut y avoir une raison d’y aller. Brest est située à l’ouest de la Bretagne, dans le nord du Finistère, département dont elle est une sous-préfecture.

Installée sur une péninsule, le pays de Léon, Brest est quasiment dépourvue d’arrière-pays : au sud, elle donne directement sur une vaste rade, au-delà de laquelle la presqu’île de Crozon regarde vers Quimper, tandis qu’à l'ouest et au nord la mer n’est qu’à une vingtaine de kilomètres, et à l’est Landerneau et Morlaix ont longtemps limité son influence.

Tout le reste est sur Wiki

Le chateau: Miraculeusement épargné, le château médiéval est le monument historique le plus ancien de Brest. Dix-sept siècles d’histoire abritent aujourd’hui le musée national de la Marine.

Maintes fois remanié au fil du temps, le château témoigne d’un destin mêlé à celui de la mer, à l’histoire d’une ville, d’une région et d’un pays tout entier. Ce patrimoine exceptionnel est classé monument historique depuis 1923.
20060523-033s.jpgLa Tour Tanguy :

Cet édifice brestois porte deux noms : la Bastille de Quilbignon, ou bien la Tour de la Motte Tanguy. Bâtie sur un bloc de granit au XIVe siècle, elle occupe le poste de sentinelle en bordure de la Penfeld, à deux pas du château de Brest.

On l’imagine volontiers appartenant à un ancien système de fortifications…

Après avoir été aux mains des Anglais, elle redevient la "propriété" du duché de Bretagne, dans les mains de Jean IV, Duc de Bretagne. Elle devient plus tard le siège de la justice des seigneurs du Châtel, et ce jusqu’en 1580.

Bien plus tard, elle est vendue comme bien national pendant la Révolution. Puis est transformée en habitation, et est finalement incendiée lors des combats de 1944. En 1954, la Ville de Brest en fait finalement l’acquisition.


brest1.jpg
Brest vue du ciel:
Brest-photo-2.jpg
Le pont de Recouvrance: nauguré le 17 juillet 1954, le Pont de Recouvrance à Brest est le plus grand pont levant d'Europe. Situé sur la Penfeld, il relie le bas de la rue de Siam au quartier de Recouvrance, en remplacement du pont tournant détruit en 1944 par les bombardements alliés.

Chaque pylône mesure 70 mètres de haut. La travée mobile, d'une longueur de 88 mètres, pèse 525 tonnes.

L’histoire de la ville de Brest se construit notamment autour du franchissement de la Penfeld, rivière ou bras de mer séparant le centre ville du quartier de Recouvrance. Pendant des siècles, le passage d’une rive à l’autre s’effectue en bateaux. Les brestois doivent s’acquitter d’un droit pour traverser. Des témoignages nous rapportent les dérives courantes des bateliers, souvent ivres, laissant les commandes aux passagers. En outre, les accidents sont fréquents et chaque noyade remet en question le système des « passiers ».

Ce n’est qu’en 1836 que les gouvernants acceptent enfin d’étudier des propositions de conception d’un pont suite à des pétitions signées par les habitants de Recouvrance. Après maints projets délibérés et refusés, le Conseil général des ponts et chaussées approuve celui des ingénieurs Cadiat et Oudry : le 23 juin 1861, le « Grand Pont » est inauguré. Afin de répondre aux exigences de la Marine, ce pont est constitué de deux volées tournantes qui permettent ainsi aux bateaux à haute mature de remonter la Penfeld. Cette rotation est commandée par des cabestans à bras.

Septembre 1944, le Pont National s’écroule dans la rivière pendant les bombardements de la libération de Brest de l’occupation allemande. L’armistice du 8 mai 1945 n’est pas signé, les autorités nationales décident de la reconstructions de deux ponts, l'un fixe sur lequel la route nationale 12 passera et l’autre, mobile, au cœur de la ville. Pétition et manifestation réclament ce lien indispensable. Toutes les parties se mettent finalement d’accord pour un pont levant en 1948 alors que son édification ne commence qu’en février 1950.

C’est le 17 juillet 1954 qu’a lieu l’inauguration officielle du plus haut pont levant d’Europe. La travée mobile, poutre en treillis en acier mesure 88 mètres de long et pèse 525 tonnes. Elle se déplace sur quatre pylônes en béton armé s’élevant à 64 mètres au-dessus des quais. Trois positions sont possibles :

  • l’ouverture l’élève à 53 mètres au-dessus du niveau des basses marées ;
  • la fermeture est à 27 mètres ;
  • et une position de sécurité abaisse la travée au niveau de l’eau pour qu’elle puisse être évacuée et mise à l’abri …
Le pont de Recouvrance en position levée
Le pont de Recouvrance en position levée

Les débats à la Mairie portent sur le choix de la couleur de la partie centrale et le nom du nouveau pont. Ils oscillent entre bleu, rose … ou gris qui l’emporte avec 19 voix contre 18 ; la peinture sera refaite tous les 8 ans.

La plaque de commémoration de la libération ne sera apposée, sur la rive droite, qu’à l’occasion de « Brest 1992 ». Au mois de juillet 2004, l'association Vivre la Rue en collaboration avec la Ville de Brest a organisé un jour de jubilé (exposition, remise de visas de passage, et animations) pour les 50 ans du Pont de Recouvrance qui participe à la renommée internationale de la Ville de Brest.

 

Brest-photo-4.jpg


C'est deja pas mal pour aujourd'hui non?  La suite plus tard !

A+ pour +

Publié dans A Brest

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article